samedi 30 août 2014

SPECIAL ANNIVERSAIRE / ITW FLASHBACK / JEANNE MAS / 24 NOVEMBRE 2006

ITW / Jeanne Mas
Promo / CD The Missing Flowers
Date 24/11/2006
Lieu / Paris, Palais des Congrès.

Patrick Roulph / 80's records : Il y a deux ans tu te produisais à l’Espace Pierre Cardin et au Casino de Paris. Six mois plus tard tu t’envoles pour les Etats-Unis. J’imagine que ce départ te trottait dans la tête depuis un certain temps. Y’a -t-il eu un élément déclencheur ?

Jeanne Mas : Ce changement trottait dans ma tête depuis un certain temps, c’est vrai. Une fois le Bac de ma fille en poche et l’obtention du Visa, je suis partie. J’ai réglé tout ce que j’avais à régler, puis j’ai fermé la porte et suis partie. Je suis partie pour simplement changer de vie.

Patrick Roulph / 80's records : Te souviens-tu de ton premier voyage aux Etats-Unis ?


Jeanne Mas : Oh oui. Je m’en souviens bien ! C’était pour le tournage d’une télé avec Jean-Pierre Foucault en 1990. J’étais avec ma fille, qui à l’époque été âgée de 2 ans, et nous avons découvert la Floride. J’ai trouvé les gens d’une gentillesse extraordinaire. J’ai aimé ce pays, sans pour cela vouloir y vivre, mais je m’y sentais bien. J’aimais cette différence d’avec nos pays d’Europe. J’ai de très bons souvenirs de cette période.

Patrick Roulph / 80's records : Trois ans après “Les amants de Castille”, nouveau changement, nouveau cap, un style différent avec ce nouvel album “The missing flowers”. Quel est le point de départ de ce nouvel album ?

Jeanne Mas : C’est une rencontre, celle d’avec DJ Esteban, et une envie de travailler ensemble. C’est cette rencontre qui marque cette différence, ce n’est pas Jeanne Mas qui fait aujourd’hui de la disco, c’est absurde ! Cet album est signé par nous deux. C’est donc une rencontre et la production d’un album avec des arrangements différents, des mélodies différentes, mais c’est toujours moi qui chante. Il y a des textes en anglais, en espagnol, parce qu’il y a dans ce nouvel album des textes, joyeux, vifs.

Patrick Roulph / 80's records : Tu viens de le dire, cet album contient des textes en anglais, en espagnol et en français. La musicalité d’Esteban t’orientait-elle quant au choix de la langue à employer ?

Jeanne Mas : Oui, tout à fait. La première chanson que nous avons travaillé était en anglais. Vu que je suis ni anglaise, ni américaine, je n’ai pas voulu un album en anglais, mais un mélange de langues, de sonorité. J’aime la langue américaine pour certaines mélodies et la langue espagnole pour d’autres. Et je garde le français puisque “Un air d’Argentine” le nouveau single est en français.

Patrick Roulph / 80's records : Justement, après “Mas alli, mas allà”, ce deuxième single, “Un air d’Argentine” est en français. Est-ce un choix d’utiliser un texte en français pour le deuxième single ?

Jeanne Mas : Tout à fait. Je voulais pour la France un texte en français. Le single précédent “Mas alli, mas allà” était un clin d’oeil par forcément orienté vers la France. Esteban et moi étions d’accord pour que le deuxième single soit en français.

Patrick Roulph / 80's records : Un artiste réalise sa vie et ne contrôle pas forcément l’image qu’il projette sur le public. Quelle image penses-tu avoir aujourd’hui auprès du public français ?

Jeanne Mas : Assez confuse ! (Rires). Je crois que les gens ne comprennent plus ce que je veux faire, ce que je suis, la couleur de mes cheveux. (Rire général). Mais c’est pas grave...

Patrick Roulph / 80's records : Ce nouvel album “The missing flowers” me fait penser au virage de 1994 avec le single “C’est pas normal”. A l’époque tu annonçais même un album chez AB productions qui finalement n’est pas sorti. Cela veut-il dire qu’il est plus facile aujourd’hui de sortir un album avec sa propre structure qu’avec une major ou une maison de disques ?

Jeanne Mas : Je ne veux plus travailler avec les majors, tu vois. Je veux rester indépendante, c’est clair. Rester indépendante me laisse entièrement libre du choix musical. J’en ai assez que l’on me dise ce qu’il faut faire, marre que l’on me dise la direction à prendre, marre que l’on décide pour moi. J’ai donc monté ma propre structure, je fais ce que j’ai envie de faire. Ensuite ça passe ou ça casse. Mais je sais ce que j’ai envie de faire et je le fais. Je n'ai vraiment plus envie de travailler avec les majors, (Jeanne regarde le magnétophone) et ça marque le bien dans ton interview !!!! (Rires).

Patrick Roulph / 80's records : Les maisons de disques sont frileuses quant à la production d’artistes confirmés. Sheila, Rose Laurens ont du mal a sortir un nouvel album. Il faut aussi convaincre la chaîne des disquaires. Que t’inspire le marché du disque français ?

Jeanne Mas : Je ne suis pas tellement informé. Je me rends compte qu’il y a beaucoup de compilations. Je vois très peu de nouveautés, quand j’écoute la radio pareil. Il y a aucune évolution. J’ai l’impression de toujours entendre la même chanson depuis 10 ans. Remarque, quand j’écoute du France Gall, du Michel Berger ou Daniel Balavoine, je suis hyper heureuse. C’est ce qu’il se passe en France actuellement ! Sinon, je ne sais pas ce qu’il se passe d’autres... et à vrai dire...

Patrick Roulph / 80's records : (Je taquine Jeanne: “Et je repars aux Etats-Unis prochainement !).

Jeanne Mas : C’est même pas ça. Je ne peux pas me comparer aux autres. Ce que je veux c’est rester une artiste libre et pouvoir créer. Maintenant, si la France n’a plus besoin de création, et se complaît dans ce qui existe déjà, les années 80 et tout ça, qu’elle y reste. Mais il ne faut pas en faire payer les frais aux artistes. Comme tu disais tout à l’heure, pourquoi Sheila ou Rose Laurens n’arrivent pas à signer pour un nouvel album, pourtant ces deux artistes ont un public. Pourquoi les médias n’en tiennent pas compte ? Les médias n’en font qu’à leur tête, et pensent que ce qu’ils font est bien, mais ils sont en décalage avec le public.

Patrick Roulph / 80's records : Les professionnels du disque annoncent la mort du CD pour les huit prochaines années avec une victoire pour le téléchargement légal. Qu’en penses-tu ? Serais-tu prête à vendre tes titres par Internet ?

Jeanne Mas : Avec i-Tunes ça se passe bien. Personnellement j’utilise beaucoup i-tunes pour acheter de la musique et ça évite l’arnaque des mauvais albums. Bien évidemment, j’ai trouvé dommage l’arrêt du vinyle il y a quelques années, avec une pochette de 30 cm on pouvait vraiment s’éclater. Maintenant, avec le téléchargement légal, je trouve très bien de pouvoir sélectionner les titres que l’on achète. Pendant longtemps quand on achetait un album il y avait quelques titres de valables et le reste moins bien. Ce n’est pas parce que tu as un bon single que tu dois amener 9 autres chansons médiocres. Il faut prendre conscience que faire de la musique est un vrai travail, et nous les artistes, avons la responsabilité de ce travail. Et tout celà passe aussi par les maisons de disques qui ont également une responsabilité.

Patrick Roulph / 80's records : Peux-tu nous présenter La Blonde ?

Jeanne Mas : La Blonde, c’est tout simplement l’envie de ne plus être Jeanne Mas pendant quelques temps. Ce qui est tout à fait logique à partir du moment où certains médias, vis à vis de mon nom pensent “Jeanne Mas, années 80”. OK. La seule chose est que moi, j’ai envie de créer, alors si mon nom vous pose un problème, j’en change. Et je changerais de nom mille fois s’il le faut, tant que je m’éclate à faire ce que j’ai envie de faire ! (Rires). Et la couleur des cheveux, et la couleur de la chemise ! (NDLR: Jeanne porte un chemisier aux couleurs vives).

Patrick Roulph / 80's records : Que penses La Blonde de Jeanne Mas ?

Jeanne Mas : Elle la trouve vraiment démodée ! (Rires). Et pas assez sex !

Patrick Roulph / 80's records : Et Jeanne Mas de Jeanne Mas ?

Jeanne Mas : Je trouve que Jeanne Mas fait encore craquer les mecs, elle est donc pas du tout “has been” !

Patrick Roulph / 80's records : Depuis ton arrivée aux Etats-Unis il y a 1 an et demi, tu es très présente sur le web. Tu sembles sensible à ce nouveau média. Surfes-tu beaucoup sur le Web ?

Jeanne Mas : Non. Par contre, je me documente beaucoup et surtout essai de comprendre comment fonctionnent les sites qui soutiennent la musique indépendante. Je m’instruis beaucoup et découvre un monde très intéressant.

Patrick Roulph / 80's records : Une des chansons du nouvel album s’appelle d’ailleurs “On the web”.

Jeanne Mas : Oui. Une des mes amies m’a parlé des sites de rencontres sur le web, j’ai trouvé cela incroyable. J’ai donc imaginé cette histoire, cette communication grâce au web.

Patrick Roulph / 80's records : Tu as toujours été très active et à ma connaissance tu as toujours mené ta vie comme un mec. Où trouves-tu la douceur, le réconfort ?

Jeanne Mas : Mon fils me dit souvent: “Maman t’es un mec !”. Non chéri, maman est une femme ! Il me répond “Non, t’es un mec !”. Mais “être un mec” veut dire quoi ? Je suis très maman avec mes enfants, mais c’est vrai qu’étant une femme indépendante, je suis forcée de prendre ma vie en main, puisque je ne peux compter sur personne d’autre. Je suis forcée de me battre, je suis forcée de me défendre. J’aurai aimé être un homme, c’est vrai, mais je suis une femme, indépendante et forte !

Patrick Roulph / 80's records : Où trouves-tu la douceur, une épaule sur laquelle te reposer ?

Jeanne Mas : Mais les mecs, c’est une catastrophe. Ils ont tous été mal éduqué par leur parent ! Les hommes ne savent pas comment donner de l’affection à une femme. Tu as tout à leur apprendre, tu perds du temps. Pour le moment je n’y pense pas trop, j’ai mon boulot !

Patrick Roulph / 80's records : Je sais que tu as besoin de calme pour vivre et te reposer. Après quelques années passées à la campagne dans le sud de la France puis dans la région parisienne, te voici dans l’une des plus grandes villes des Etats-Unis. Comment vis-tu ? Quelle est une journée type de Jeanne Mas ?

Jeanne Mas : La première année a été terrible car à Los Angeles tout résonne ! Je suis devenue folle avec ce bruit, ce résonnement, les camions. A part ça, une journée type ? Je me lève très tôt, aux alentours de 5H30 - 6H00. Je vais faire du sport. Puis j’accompagne mes enfants, l’un à l’école, l’autre à l’Université. Puis je fais mes courses, je rentre à la maison préparer ma journée. L’après-midi je travaille, soit mes textes, soit mes photos. Je travaille avec mon assistante, on voit les commandes... Puis je m’accorde un break; j’ai la chance de vivre à Santa Monica donc je peux aller marcher. Puis je rentre m’occuper de mes enfants. Le soir, je travaille aussi car c’est le seul moment pour communiquer avec la France en raison du décalage

Patrick Roulph / 80's records : Où a-t-on des chances de te voir ?

Jeanne Mas : A Los Angeles ? Je sors très peu. En fait, Los Angeles bouge pas beaucoup, si je sors c’est pour m’aérer ou faire les boutiques qui sont ouvertes très tard. J’adore aussi aller à la bibliothèque. Sinon je reçois mes amis à la maison. Mais tu sais en règle générale je sors très peu et j’aime rester à la maison avec mes enfants. Puis les distances sont immenses à Los Angeles, tu vis donc isolé. Mais c’est pas grave, quand tu descends dans la rue, les gens te disent bonjour, tous le monde se dit bonjour là-bas ! Tu n’es jamais donc très seul.

Patrick Roulph / 80's records : (A présent, j’interroge Jeanne à la façon de...).

Interview à la Fogiel : - Tu aurais déclaré dans les années 80 à propos des Etats-Unis, “Ce pays ne m’attire pas beaucoup... Je laisse ça à Madonna”.

Jeanne Mas : J’ai jamais dit ça ! J’aurais plutôt dit, si j’étais né aux Etats-Unis, je serais devenue Madonna.

Patrick Roulph / 80's records : Interview à la Ardisson : - Interview “Toute Première Fois”. Ta toute première fois avec un américain ?

Jeanne Mas : C’est horrible ! C’était en Italie, il était cocaïnomane... il bandait pas du tout ! C’était horrible !

Patrick Roulph / 80's records : Interview à la Drucker : - Peut-on avoir des nouvelles de Christopher et Victoria ?

Jeanne Mas : Ils vont très bien. Après l’Europe, je leur donne la chance de découvrir les Etats-Unis. Ils se font de nouveaux amis.

Patrick Roulph / 80's records : Interview à la Nicolas Hulot : - La ville de Los Angeles compte combien d’habitants ?

Jeanne Mas : Oh, aux alentours de 5 millions de personnes.

"Bonne réponse Jeanne, la bonne réponse est 4 097 340 habitants ! Allez, à quelques têtes prés !".

Patrick Roulph / 80's records : Interview à la Julien Lepers : - Los Angeles est jumelée avec 22 villes, dont une ville française. Laquelle ?
 
Jeanne Mas : Alors là je sais pas du tout.

Patrick Roulph / 80's records : Je te donne trois villes au choix : Lyon, Bordeaux ou Nantes.

Jeanne Mas : Oh j’espère Bordeaux !

"Bonne réponse !"

Patrick Roulph / 80's records : Interview à la Oprah Winfrey : - Que doit faire un français pour te faire revenir en France ?

Jeanne Mas : Oh, m’apporter les sentiments, la douceur ! Tout ce qui a été dit tout à l’heure !

Patrick Roulph / 80's records : (A présent, je pose devant Jeanne la reproduction des pochettes de ses albums. Du premier en 1985 à l’album “Les amants de Castille” en 2003. Chaque album est protégé dans une pochette plastique. Pour chaque album, une seule question inscrite sur un papier plié et placé au verso. Je demande à Jeanne de sélectionner un seul album).

Jeanne sélectionne “Jeanne Mas et les Egoïstes” (1996), déplie le papier et lit la question: “Pourquoi avoir choisi cette période ?”.

Jeanne Mas : C’est mon préféré. L’album de l’indépendance.


Interview réalisée par Patrick Roulph le 24/11/2006.

Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, toute modification, de même que toute utilisation commerciale de façon permanente ou provisoire sans le consentement de l'auteur est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. » (article L. 122-4 CPI).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire