mercredi 9 juillet 2014

SPECIAL ANNIVERSAIRE / ITW FLASHBACK / CORINNE HERMES / 17 avril 2007

Un nouvel album « vraie », une scène parisienne au Café de la Danse, ce printemps 2007 est riche pour Corinne Hermès. L'occasion pour moi de lui proposer une interview. Elle accepte volontiers. Certes, une petite appréhension en préparant l'interview. Ne pas bloquer sur sa participation au Concours de l'Eurovision 1983. A l'écoute du nouvel album les questions arrivent naturellement. Bien évidemment, je n'oublie pas les questions de fans du style « Pourquoi n'y a-til pas eu d'album en 1989, après les singles « Dessine-moi, « SOS » ? »... A l'autre bout du fil, une Corinne Hermès détendue quoique traqueuse... comme moi. Allo Corinne Hermès ?

Promo : Album « Vraie »
Date de l'interview : 17/04/2007

Patrick Roulph / 80's records : Comment est né cet album “Vraie” ?

Corinne Hermès : Cet album est né au bout de plusieurs années. Il m’a dabord fallu effectuer une recherche personnelle, durant laquelle j’ai trouvé mes sources d’inspirations, puis il a fallu trouver l’équipe : l’arrangeur qui a fait l’album, l’auteur Frédéric Kocourek et puis les musiciens. Créer cet album a demandé 5 ans.


Patrick Roulph / 80's records : Jusqu’à la création de cet album vous étiez uniquement interprète. Pour ce nouvel album vous avez composé la totalité des musiques. Comment composez-vous ?

Corinne Hermès : L’instrument que j’utilise surtout est la guitare. Je compose beaucoup plus à la guitare qu’au piano. Puis ensuite viens l’inspiration. Vous savez, l’inspiration est quelque chose qu’on ne calcule pas du tout. Vous vous levez un matin, vous prenez la guitare, vous créez un accord ou deux, et vous savez si vous pouvez aller plus loin ou pas. C’est pour cela que la création demande beaucoup de temps. Parfois vous pouvez commencer un couplet puis y revenir une semaine plus tard, puis terminer le refrain.

Patrick Roulph / 80's records : Vous n’écrivez pas encore vos textes ?

Corinne Hermès : Je n’écris pas mes textes. Mon domaine reste la composition et la mélodie. Parfois je donne quelques directives par rapport aux textes, bien évidemment.

Patrick Roulph / 80's records : Frédéric Kocourek a écrit la majorité des textes de ce nouvel album. Comment avez-vous travaillé ? Ensemble ou chacun de son côté ?

Corinne Hermès : Une fois que je lui ai donné les mélodies, je laisse Frédéric assez libre, pour ne pas dire entièrement libre. Mais ce qui est formidable dans ma rencontre avec Frédéric Kocourek, est qu’il a su traduire mes sentiments les plus profonds sans avoir eu besoin de m’exprimer ou d’expliquer trop de choses. Frédéric a réussi à me cerner facilement, moi qui suis plutôt secrète.

Patrick Roulph / 80's records : Vous avez réalisé cet album avec Jean-Philippe Hann. On sent vraiment la volonté de prendre les choses en main.

Corinne Hermès : Je me suis totalement investit dans cette album. J’y ai mis tout mon coeur, toute mon énergie.

Patrick Roulph / 80's records : Cet album regorge de single potentiel. Comment s’est effectué le choix du premier single “On vit comme on aime” ?

Corinne Hermès : Le premier single “On vit comme on aime” a été choisi un peu par superstition si je peux dire, puisqu’il s’agit-là du premier titre que j’ai composé pour l’album et le premier texte écrit par Frédéric Kocourek et les premiers arrangement créés par Jean-Philippe Hann. C’est aussi à partir de ce titre que j’ai réellement trouvé et créé l’équipe qui allait m’accompagner sur cet album.

Patrick Roulph / 80's records : Pour ce nouvel album vous n’avez pas cédé au syndrome du bonus-track 80s. Vous l’a-t-on proposé ? Y avez-vous pensé ?

Corinne Hermès : Par rapport à cet album j’avais envie premièrement que tout soit cohérent, que les titres soit cohérents entre eux, qu’il y ait une couleur. Je n’imaginais pas y insérer un titre des années 80. Sur cet album en tout cas. Mais je renie en aucun cas les années 80.

Patrick Roulph / 80's records : Une chanson de cet album s’intitule “Vraie”. Vous chantez “J’ai pris les voies que je voulais, pour aller où j’allais”. Cette ambition semble guider vos choix depuis le début de votre carrière. Avec le recul avez-vous des regrets ? Des choix que vous auriez du faire.

Corinne Hermès : Je n’ai aucun regret. Sincèrement je n’ai aucun regret.

Patrick Roulph / 80's records : Que représente pour vous cet album ? L’aboutissement de plus de 20 ans de carrière, de réflexions, ou bien le point de départ d’une nouvelle tranche de vie ?

Corinne Hermès : On pourrait dire ça ! Jusqu’alors il y avait l’interprète, aujourd’hui je me livre avec ces compositions et je dirais que cet album ressemble finalement à ce que je suis et ce je crois avoir toujours été. Donc “Vraie”, comme le titre de l’album. J’ai toujours composé. Je compose depuis l’âge de quatorze ans. Vous savez comment sont les artistes, nous avons un manque de confiance en soi pour proposer notre travail, on s’en remet donc à des personnes extérieures. Il faut de nombreuses années pour atteindre la maturité. C’est album est l’aboutissement d’un travail sur soi de plusieurs années.

Patrick Roulph / 80's records : Vous chantez “Je n’aurai plus peur”. Ce texte écrit par Frédéric Kocourek, pourrait-il être autobiographique ?

Corinne Hermès : Complètement. D’ailleurs, la majorité des chansons sont autobiographiques à part “Ceux qui donnent tout” et “Emmy”.

Patrick Roulph / 80's records : Le grand public vous découvre en 1983 avec “Si la vie est cadeau” au Concours de l’Eurovision”. Avant cela, un premier 45 tours “La ville où je vis” en 1979 et un premier rôle dans la comédie musicale “36 Front Populaire”. Quels souvenirs gardez-vous de cette époque ?

Corinne Hermès : “36 Front Populaire” fut ma première expérience professionnelle. C’est un souvenir inoubliable. Je tenais le rôle principal avec Julien Clerc. C’était une expérience très enrichissante. Après il y a eu l’Eurovision. Inoubliable aussi. J’avais 20 ans, chanter devant 600 millions de téléspectateurs était extraordinaire. Je gagne ce concours, je parcoures le monde pour représenter la chanson française un peu partout, comment oublier cette formidable aventure.

Patrick Roulph / 80's records : Que pensez-vous de ces jeunes de la Star’ Ac et autres Nouvelles Stars à qui l’on fait miroiter une carrière ?

Corinne Hermès : Il y a du bon et du mauvais. On va dire que c’est formidable, quand j’ai commencé je n’avais pas cette chance. Ces jeunes ont la chance d’apprendre leur métier très vite, très rapidement. Ils sont aussi très vite exposé. Le pire dans cette aventure est la descente pour certains, qui peut se révéler très dure.

Patrick Roulph / 80's records : Tenteriez-vous votre chance à la Star’ac si vous aviez 20 ans aujourd’hui ?

Corinne Hermès : Bien sûr que je tenterais ma chance. Puis vous savez, ensuite la réussite dépend de tellement de choses, il existe tellement de facteurs déterminants.

Patrick Roulph / 80's records : En France, on aime les étiquettes. Malgré tout vous ne figurez pas dans la catégorie “chanteuse des années 80” mais plutôt dans “Chanteuse de l’Eurovision”. N’est-ce pas réducteur ? En avez-vous souffert ?

Corinne Hermès : Est-ce que vous auriez posé la même question à Céline Dion ou à France Gall ?

Patrick Roulph / 80's records : Non. Je pose la question car votre carrière discographique dans les années 90 est faible, elle se résume à quelques singles. Dans l’inconscient collectif, votre nom résonne malgré tout “Eurovision” .

Corinne Hermès : Je suis fière de ma carrière. Les gens se souviennent de “ Si la vie est cadeau”, les gens m’en parle encore et toujours. Je ne trouve pas du tout cela réducteur.

Patrick Roulph / 80's records : Restons en 1983. Après “Si la vie est cadeau” vous sortez un deuxième 45 tours “Vivre à deux” et travaillez à Los Angeles un premier album qui n’a jamais vu le jour. Que s’est-il passé ?

Corinne Hermès : Vous êtes bien informé ! En fait, c’est un album qui devait sortir et qui n’est jamais sorti. Ne me demandez pas pourquoi, je ne l’ai jamais su et je ne le saurais jamais. J’espère bien un jour sortir un Best-Of avec ces titres inédits.

Patrick Roulph / 80's records : Les bandes existent ?!

Corinne Hermès : Les bandes existent. J’en suis devenue propriétaire quelques années plus tard.

Patrick Roulph / 80's records : En 1989 vous caracolez à la tête du TOP 50 avec les tubes “Dessine-moi”, “S.O.S.” et “Suffit d’y croire”. Et toujours pas d’album ! Que s’est-il passé ? N’avez-vous pas eu peur d’être étiquetée chanteuse de tubes ?

Corinne Hermès : Ma situation à l’époque était la suivante. Je devais trouver le ou la copilote, c’est-à-dire trouver la personne qui va croire en vous et travailler un album. Un exemple, Céline Dion et René Angeli. Ce duo a parfaitement fonctionné et grâce à René, Céline a pu avoir la carrière qu’on lui connaît. En ce qui me concerne, j’ai toujours rencontré des équipes de producteurs, qui ne voyait pas ça à long terme. Alors j’ai toujours fait ce que l’on appelait à l’époque des 45 tours. Certes, ils ont fonctionné mais on ne parlait pas de carrière à long terme.

Patrick Roulph / 80's records : Etiez-vous frustrée à l’époque de ne pas enregistrer d’album ?

Corinne Hermès : Absolument pas. Sincèrement je n’ai jamais été frustré. Ce que je regrette est de ne pas avoir été bien menée, pour arriver à faire des choses plus importante.

Patrick Roulph / 80's records : Depuis de nombreuses années, les années 80 sont à l’honneur à la télévision. On vous y voit rarement, pour ne pas dire jamais. Est-ce un choix de votre part ?

Corinne Hermès : Sincèrement oui. La raison est simple. Mon équipe et moi travaillons sur ce nouvel album “Vraie” depuis un certain temps, et je refusais les émissions 80’s -alors que je renie rien de ces années-là- simplement parce que je voulais que cet album vive. Je ne voulais pas faire et refaire ce que j’avais déjà fait, sans avoir eu quelques choses de nouveau, de neuf à proposer. Aujourd’hui que cet album existe, on me proposerait de faire certaines émissions consacrées aux années 80, je dirais oui avec grand plaisir.

Patrick Roulph / 80's records : Pendant de nombreuses années, l’Eurovision présentait des chansons limites “mièvres”. Depuis l’an passé avec le groupe Lordi, le style a évolué. Qu’en avez-vous pensé ?

Corinne Hermès : J’ai trouvé ça catastrophique. Ce n’est pas que je n’aime pas le métal, j’aime beaucoup, mais dans le cadre du Concours de l’Eurovision j’ai trouvé ce choix très surprenant. Pourquoi pas après tout. Mais l’Eurovision doit rester un concours où l’on présente des artistes avec une voix et de belles chansons avec de belles mélodies. Avec ce groupe “Lordi”, nous étions loin de tout ça ! Maintenant, il faut évoluer, certainement. Il y a eu ces dernières années de bons titres présentés par des artistes comme Natasha St-Pier, Sandrine François.

Patrick Roulph / 80's records : Que pensez-vous des Fatals Picards qui représentent la France cette année ?

Corinne Hermès : Eh bien écoutez, pourquoi pas. C’est nouveau, c’est une évolution, c’est dans l’air du temps.

Patrick Roulph / 80's records : Votre site internet à l’image de l’album est très beau et complet. Surfez-vous beaucoup sur la toile ?

Corinne Hermès : Enormément. J’aime beaucoup surfer sur le net. Il y a tellement de choses à voir !

Patrick Roulph / 80's records : Ce nouvel album est disponible en téléchargement légal, que pensez-vous de l’explosion de ce phénomène et de la disparition peu à peu du support CD ?

Corinne Hermès : La France n’en est pas encore là, mais je pense que d’ici trois ou quatre ans, les choses vont changer radicalement avec la disparition du CD. Ce qu’il y a d’un petit difficile pour les artistes, est qu’il y a encore quelques points à régler par rapport au téléchargement. Même si le téléchargement représente l’avenir, je trouve dommage que l’on perde le support physique. Mais le plus important et urgent est de trouver les solutions aux problèmes rencontrés actuellement, au risque de voir la musique mourir.

Propos recueillis le 17 avril 2007 par Patrick Roulph


Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, toute modification, de même que toute utilisation commerciale de façon permanente ou provisoire sans le consentement de l'auteur est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. » (article L. 122-4 CPI).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...