lundi 24 juin 2013

Boy George nouvel EP "COMING HOME"

Peu d'artistes des 80's sont restés sous le feu des projecteurs jusqu'aujourd'hui. Pour beaucoup les maisons de disques proposent de sempiternels "Come back" qui, pour beaucoup, n'ont fait que satisfaire une base de fans fidèles.
Et il y a quelques artistes qui ont tellement marqué les 80’s qu’ils sont aujourd’hui considérés comme des “icones” même si ce n’est pas toujours dans les pages culture ou musique qu’ils se retrouvent, mais plus dans les pages “faits divers”.
Boy George en est l’exemple parfait. Viré de sa maison de disque au terme de son contrat après un album salué par la presse “Cheapness & Beauty”, suivi d’une comédie muscale “Taboo” qui a crée la surprise à Londres en 2002, jusqu’à provoquer l’ire de Madonna qui souhaitait que son amie Rosie O’Donnell produise sa pièce de théâtre alors jouée dans la ville, mais qui préféra y monter “Taboo” sur Broadway à NYC.





Les démons du passé ont été plus fort et la célébrité semble ne pas toujours avoir été la meilleure amie de George : un grand écart pour les photographes que d’avoir sous leurs objectifs un George maquillé en voiture-volée-façon-Leigh-Bowery, à un George chauve, en surpoids et méconnaissable qui balaie les rues de NYC. Passage par la case prison à Londres pour d’autres histoires qui a remis George sur les rails, non pas de la blanche, mais de la musique, ce qu’il a toujours su faire.
Depuis un album fourre-tout a été vendu sous forme de licence à travers le monde avec une distribution chaotique et des titres déjà connus de tous : “Ordinary Alien” produit sous la houlette de son ami DJ Allemand de toujours : Kinky Roland. On peut imaginer le peu d’investissement de George dans ce projet.
De cet album sorti du congélateur de démos, quelques titres prometteurs par ci et par là (“Turn 2 Dust”, “Amazing Grace”,...). A côté de cela , des collaborations relevées par la presse, avec le producteur que tout le monde s’arrache : Mark Ronson (“Somebody to love me”), avec Glide & Serve (“pentonville blues”, racontant son passage derrière les barreaux), DJ Yoda (“HAPPY”), … le tout ponctué de tournées comme DJ, puisque cela semble être une source de revenus faciles pour George depuis maintenant plus de 15 ans.
Oublions ce “come back” râté de Culture Club en 2012 pour les 30 ans du groupe, probablement lié à une interdiction de George sur le territoire Nord Américain (qui semble avoir pris fin récemment) saupoudrée d’une supposée indisponibilité du batteur mythique du groupe Jon Moss, avec qui George eut une “love affair” qui fît explosé le groupe en plein vol en 1986. Cela n’empêchant pas EMI / Virgin, d’inonder le marché de compilations toutes identiques deux à trois fois par an. Appelons cela un “come back-catalogue” … ça rapporte plus que la signature d’un contrat, la production d’un nouvel album et sa promotion.
Mais George n’a jamais cessé de travailler et cette fois-ci, il semblerait que la motivation soit au rendez-vous. Quelques reprises qui sont saluées par la critique et la presse, mais ne connaissant qu’une existence online (“video game” de Lana Del Rey”), et puis surtout il se reprend en main déjà physiquement : une perte de poids impressionnante et une barbe. Oui, bon… c’est George quoi.
Libéré enfin de ses habitudes autodestructrices, un album digne de ce nom est enfin dans sa ligne de mire “This is what I am” (bon titre à prendre avec le recul nécessaire, George est gémeaux et rien ne dit que le titre sera différent d’ici la sortie).
La magic team se met au travail dont John Themis, complice de longue date de George en coulisse et sur scène. Le premier extrait de cet opus à venir est écrit en collaboration avec l’ex bassiste de Culture Club Mikey Craig “Coming Home”. Dans ce titre tout est dit mais tout est filmé dans la vidéo qu’il a mis en ligne ce vendredi 21 juin. Un retour aux sources. Un retour vers ce qu’il l’a nourri en tant qu’artiste : les 70’s, un retour à l’un des genres musical qu’il aime parmi beaucoup : la danse. Le projet des 90’s “Jesus Loves You” et l’unique album “The Martyr Mantras”, en est l’exemple du meilleur de ce que George est capable de faire quand il va au bout des choses.
“Coming Home” est un titre lent, aérien, sa voix est aujourd’hui plus grave, rouillée, cassée, elle apporte une profondeur nouvelle à ses mélodies qui, il faut l’admettre, sont toujours “catchy” comme peu de mélodistes savent en écrire. Deux écoutes et elles trottent et restent scotchées dans votre tête.
Le plus difficile pour George maintenant est qu’il se fasse violence pour la promotion de ce futur album qui s’annonce prometteur tant l'énergie et la concentration qu’il y consacre semblent sincères et importantes. Trop de projets avortés...
Les médias semblent disposés à relayer le vrai “come back” de George, espérons qu’il y mettra les moyens de son côté, car “Coming Home” semble annoncer un vrai “Come Back” … pas de ceux qui ne font plaisir qu’aux fans déjà fidèles.

Texte Olivier Guitard pour (c) 80s-records.net 

Visitez son blog dédié à la discographie de Boy George et Culture Club.Cliquez ici http://boydisko.blogspot.fr



« Coming up » est disponible en 9 remixes sur les principales plateformes de téléchargements légales.

Acheter sur Amazon

Acheter sur iTunes

EP - Coming home / Trackliste

01. Coming Home (feat. Boy George) [Original Remix) 4:34
02. Coming Home (feat. Boy George) [Psychemagik Remix] 7:25
03. Coming Home (feat. Boy George) [Juan Kidd Weirdo Dub] 6:16
04. Coming Home (feat. Boy George) [Juan Kid Weirdo Club Mix] 6:28
05. Coming Home (feat. Boy George) [Marc Vedo Remix] 6:04
06. Coming Home (feat. Boy George) [Maze & Masters Remix] 6:55
07. Coming Home (feat Boy George (Original Instrumental Mix) 4:34
08. Coming Home (feat Boy George) (Kinky Rolland Remix) 6:40
09. Coming Home (feat boy George (Kinky Rolland Instrumental Remix) 6:40

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...