jeudi 29 novembre 2012

Génération Goldman

Projet chapoté par MyMajorCompany (label co-créé par le fils de Jean-Jacques, Michael Goldman) « Génération Goldman » regroupe 18 artistes de la jeune génération sur 14 tubes de JJG. Premier single annonciateur paru il y a quelques semaines, « Envole-moi » par M. Pokora en duo avec Tal. Reprise pas trop mal produite avec sonorités électro-pop. On découvre enfin l'album. En plage 2 « Je te donne » duo entre Leslie et le groupe anglais Ivyrise. Version revisitée énergique, agréable. Puis « Famille » avec l'ensemble des artistes qui ont participé à l'album ; on y trouve donc Zaz, Tal, Christophe Willem, Shy'M, M.Pokora, Marie Mai, Corneille, Florent Mothe, M.Pokora, Leslie, Judith et Ivyrise. L'ensemble est agréable, tiens, ça pourrait bien terminer en single cette histoire de famille ! Rien à dire sur Shy'm et son interprétation de « Veiller tard » ainsi que sur Corneille qui reprend « Quand tu danses ».
Les choses se gâtent lorsqu'on ose toucher à l'un des joyau de Jean-Jacques Goldman « Là-bas ». Ce n'est pas que l'interprétation de Marie Mai et de Baptiste Giabiconi soit mauvaise, loin de là, mais
aucune émotion particulière ne se dagage. Puis on ne ne répètera jamais assez, il y a des chansons auxquelles il ne faut pas toucher. On continu avec « Au bout de mes rêves » avec le duo Emmanuel Moire et Amandine Bourgeois qui n'apporte rien, comme un duo star-académicien ! (On trouve le duo sympa au départ puis on sature vite). Christophe Willem relève le niveau avec le titre suivant « Je marche seul ». Interprété en solo (forcément), d'agréables arrangements et un excellent moment. Un bonheur de courte durée avant le massacre d'Amaury Vassil qui interprête avec Baptiste Giabiconi, Merwan Rim et Dumé « Il suffira d'un signe », titre du premier 45 tours de Jean-Jacques Goldman en 1981. Puis on continu avec Florent Mothe et Judith pour « On ira », agréable ballade sans trop d'originalité, avant d'enchainer en piano/voix avec Amel Bent « Comme toi », superbe, tout comme le titre qui suit « Pas l'indéfférence » chantée par Zaz. Avant dernière chanson de l'album avec le duo Christophe Willen et Zaho « Il y a », joli moment. On arrive enfin à la quartorzième plage de ce « Génération Goldman » avec le compagnie de Zaz et Irma pour le double titre « Puisque tu pars / Let's talk about love ». Il s'agit en fait de la version française medley avec la version anglaise.



Au final un joli album (il doit l'être parce qu'en général je n'aime pas beaucoup ce type de projet), malgré quelques faiblesses. Un bel hommage à Jean-Jacques Goldman même si on a jamais fait mieux que l'original.

Vidéo : « Envole-moi » Tal & Mpokora.

2 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi Patrick. Les 2 titres déjà dévoilés tiennent bien la route. Shy'm est toujours étonnante sur ce genre de registre tout comme elle l'était sur l'album de Gérard Lenorman (les jours heureux).
    Quand tu pars est une catastrophe car il faut du vécu pour chanter une chanson comme Là-Bas qui raconte un histoire poignante.
    Leslie & Ivyrise s'en sortent très bien tout comme Corneille dont le talent n'est plus à prouver. Amel Bent prouve qu'elle peut être bouleversante tout comme quand elle avait repris Mistral Gagnant de Renaud. Zaz (que je n'aime pas trop) s'en sort très bien.
    Je constate que ce genre de projet permet aussi de découvrir les jeunes artistes sur des registres différents des leurs et d'apprécier leurs voix.
    Je pense que je vais télécharger quelques morceaux



    RépondreSupprimer
  2. Merci Joël pour ce commentaire. Je pense qu'entre toi et moi tout est dit !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...